La norme NF C 15-100 a évolué :

    le saviez-vous ?


Publié le 12 octobre 2017 - Modifié le 14 novembre 2017

Instaurée par l’arrêté du 22 octobre 1969, la norme NF C 15-100 a su évoluer au cours de son histoire pour garantir aux Français toujours plus de sécurité dans leurs installations électriques. Le 1er septembre 2016, l’entrée en vigueur de deux arrêtés a continué de modifier la norme en imposant de nouveaux changements.

 

Quantitatif de socles de prises :

Le nombre de socles de prise de courant par pièce n’est pas remis en cause sauf pour les séjours de superficie :
• ≤ 28 m² : 1 socle par tranche de 4 m², avec un minimum de 5 ;
• > 28 m² : le nombre de socles est défini en accord avec le maître d’ouvrage, avec un minimum de 7.

Explications : s’adapter à la réalité du bâti où les baies vitrées sont plus importantes. Introduire de la souplesse par rapport à l’architecture de l’habitat.

Les 6 socles de prise de courant non spécialisés de la cuisine font désormais l’objet d’un circuit dédié (pas d’autre socle sur ce circuit), alimentés avec des conducteurs de section 2,5 mm² en cuivre. Les socles de prise de courant complémentaires éventuels de la cuisine peuvent être alimentés depuis un autre circuit.

Explications : améliorer la continuité de service tout en assurant une bonne utilisation des appareils électrodomestiques.

 

Quantitatif de socles de prise de courant par circuit :

Nouvelle limitation du nombre maximal de socles de prise de courant par circuit :
• 8 lorsque la section des conducteurs du circuit est de 1,5 mm² en cuivre ;
 12 lorsque la section des conducteurs du circuit est de 2,5 mm² en cuivre.

Désormais, le décompte par circuit des socles de prise de courant se fait selon la règle du « 1 pour 1 ». L’ancienne règle de comptage des socles multiples est supprimée.

Explications : simplification de la règle pour une meilleure compréhension.

 

ETEL et GTL :

Introduction de la notion d’ETEL (Espace technique électrique du logement) définissant un volume réservé aux seuls équipements de puissance, de communication, et/ou de gestion technique, aux arrivées et aux départs des circuits de puissance et des réseaux de communication.

Ce volume est destiné à contenir la GTL (gaine technique logement), qui devient la « matérialisation » des équipements installés dans l’ETEL. Les dimensions minimales de l’ETEL sont :
• largeur : 600 mm ;
• profondeur : 250 mm.

La matérialisation toute en hauteur de la GTL n’est pas obligatoire dans le cas d’arrivées et de départs uniquement par le haut ou uniquement par le bas.

Explications : bien dissocier l’espace réservé, du matériel mis en œuvre. Garantir lors de la construction un espace réservé pour l’installateur électricien. Optimisation en fonction du besoin du client. Protection des canalisations là où c’est nécessaire et adaptation au collectif.

 

Dispositifs différentiels à haute sensibilité (≤ 30 mA) :

Il faut au moins 2 DDR.

Les circuits cuisson, lave-linge et IRVE (infrastructure de recharge de véhicules électriques) doivent être protégés par un DDR de type A (ou type F, ou type B). Les autres circuits doivent être protégés par un DDR a minima de type AC (ou type A ou type F ou de type B).

Le nombre maximum de circuits autorisé par DDR est de 8. Choix de calibre soit par rapport à l’amont, soit par rapport à l’aval :
• par rapport à l’amont : In DDR ≥ In de l’AGCP (appareil général de commande et de protection) ;
• par rapport à l’aval : In DDR ≥ 1 fois la somme des In des dispositifs de protection des circuits alimentant le chauffage direct, l’IRVE (Infrastructure de recharge des véhicules électriques) et l’eau chaude sanitaire + 0,5 fois la somme des In des dispositifs de protection des circuits alimentant les autres usages.

Continuité de service : les circuits d’éclairage, comme les circuits prises de courant doivent être répartis sous au moins deux DDR avec 8 protections maximum sous un même DDR.

Explications : l’équipement de protection n’est plus dimensionné en fonction de la taille du logement mais calculé en fonction de la taille de l’installation électrique. Le nombre de circuits par DDR a été limité à 8 pour éviter les déclenchements intempestifs liés au phénomène de cumul des courants de fuite.


Réglementation F-GAZ

climatisation 

Cette réglementation f-gaz vise à mieux encadrer entre autre l'usage des gaz utilisés dans les systèmes de climatisation.

 

Les différents fluides frigorigènes (HFC) sont donc caractérisés par leur impact potentiel sur l'effet de serre exprimé en sous forme de PRG (Pouvoir Réchauffement Global) qui diffère selon leur composition chimique. La réglementation f-gaz vise à progressivement éliminer du marché les gaz HFC contribuant au réchauffement climatique à l'horizon 2050.

 

Pour y parvenir, un système de quotas va être mis en place basé sur la quantité de fluide mise sur le marché exprimé en équivalent de tonne CO2 dont le calcul se base sur le GRP.

 

Depuis le 4 Juillet 2009, l'Attestation de capacité est obligatoire pour acheter ou manipuler des fluides frigorigènes.

 

Depuis le 01 Janvier 2015, l'Attestation de capacité est obligatoire pour la mise en service de climatisations réversibles

 

Un contrôle d'étanchéité périodique est obligatoire pour une charge supérieure à au moins 2kg de fluide frigorigène.

 

Fréquence des contrôles :

Charge supérieure à 2kg : Tous les ans

Charge supérieure à 30kg : Tous les 6 mois

Charge supérieure à 300kg : Tous les 3 mois